Actualités

nfois autres multiples

Jean Marc Berguel                    Lidia Lelong

  Bernard Calet                           Eloïse Le Gallo

  Vincent Carlier                         Bruno Peinado

Kristina Depaulis                      Dominique Thébault

Aurélie Gatet                             Stéphane Thidet

Florent Lamouroux

Exposition du 4 décembre 2021 au 28 janvier 2022

Vernissage le 3 décembre à partir de 18h00

Vincent Carlier – détail Beavers // photo : C. Abad

nfois autres multiples

nfois autres multiples est une exposition d’œuvres en porcelaine, mais aussi un programme de recherche, de production et de diffusion initié et mis en œuvre par l’association Limousin Art Contemporain et Sculptures (LAC&S).

Ce programme a bénéficié des aides de l’appel à projet « Projets Innovants 2018 »  et « Coopération et Création 2019 » du contrat de filière des arts visuels en Nouvelle Aquitaine soutenu par la DRAC Nouvelle Aquitaine, la REGION Nouvelle Aquitaine et coordonnée par le réseau ASTRE, réseau arts plastiques et visuels Nouvelle Aquitaine. De nombreux partenaires se sont associés généreusement à ce projet et ont permis sa réalisation : le CRAFT Centre de Recherche des Arts du Feu et de la Terre, L’ENSA Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges, l’Atelier du Blanc Aurélie Vrignon, l’atelier Jean Louis Puivif, MASH France Marie Anne Saint-Hubert et beaucoup d’autres…

Ce programme « autres multiples » développé de 2018 à 2021 a été organisé en quatre phases de réalisation :

1) La construction curatoriale du projet par l’association et le collectif LAC&S/Lavitrine.

2) La recherche et l’élaboration des processus de réalisation porcelaine par les artistes en collaboration avec les Ateliers d’art et les entreprises associées.

3) Le développement, la mise en œuvre et la production en série de vingt exemplaires par des entreprises partenaires.

4) La présentation et la diffusion spécifique des œuvres multiples dans le cadre de l’exposition.

Multiple
La spécificité et les contraintes techniques de la porcelaine relèvent moins de l’artisanat que de l’industrie. De par sa nature, la reproduction des formes par moulage reste le procédé de production le plus développé. Par ailleurs, dans le champ de l’Art, si une « œuvre multiple » n’est pas une duplication, mais la réalisation d’une œuvre en plusieurs exemplaires sous la direction d’un artiste, la reproduction et ses différents enjeux restent la problématique privilégiée pour une investigation de l’idée de Multiple. Les multiples sont des œuvres artistiques qui reflètent la diversité de la création actuelle. Véritables supports de recherches et d’expressions, leur pertinence plastique et sémantique les inscrit dans des formes d’expression à part entière.


                                                                                                                                LAC&S/Lavitrine

LAC&S/Lavitrine mène depuis sa création (1983) une politique constante de soutien à la création contemporaine, en renouvelant chaque année son dispositif d’accueil d’artistes. Le programme « autres multiples porcelaine » vient en 2019 élargir ce dispositif par un soutien à la production.

Une première expérience en 2014 de production d’œuvres en partenariat avec l’association Esprit Porcelaine avait aboutie à la présentation du travail de quatorze artistes à Pilsen,  capitale européenne de la Culture en 2015 (République Tchèque), à Limoges, dans le cadre de la rencontre des villes créatives Unesco en 2016, et à Guatemala city en 2019.

Fort de cette expérience LAC&S/Lavitrine a souhaité développer en 2019 et 2020, un nouveau projet de production/exposition/diffusion en lien avec les spécificités du territoire que sont les savoir-faire de la porcelaine.

« autres multiples » est un projet de création de volumes sériels en porcelaine réalisés par douze artistes contemporains en collaboration avec des entreprises, des ateliers de porcelaine, et des créateurs porcelainiers installés en Limousin. Ce programme de recherche en art visuel a permis de développer l’expérimentation et l’innovation au profit des artistes, des structures du secteur des arts visuels et des entreprises et Ateliers.

Les réseaux d’idées, les géographies, les affinités esthétiques sont dans les activités de LAC&S/Lavitrine autant d’enjeux de croisements pour une émulation de l’Art contemporain. Les onze artistes invités sont d’origines géographiques différentes et de notoriétés diverses.

Ils portent tous un intérêt commun à la question de l’ « objet » dans un rapport au matériau.

Droits photographiques : Charlie Abad.

Artistes exposants

BERNARD CALET

Vit et travaille à Tours (Indre-et-Loire)

https://www.instagram.com/bcalet/

https://bernardcalet.tumblr.com/

Impact de réel, composé de 5 modules, 11 x 7 x 1,2 cm, porcelaine biscuit émaillée et platine, 2019

Impact de réel a été pensé comme une maquette. Ces cinq éléments tous différents, reprennent la forme des palettes moulées en aggloméré mais à échelle réduite, comme un jouet. Un assemblage-type de ces éléments est donné mais il peut être modifié, afin que l’on puisse jouer avec, trouver d’autres combinaisons. L’assemblage proposé permet néanmoins de simuler une architecture en modèle réduit. Les micro-palettes deviennent des plateaux et piliers, clin d’œil à l’architecture moderniste.

Les œuvres de Bernard Calet interrogent notre environnement urbain et architectural. Ses recherches portent sur la « notion de l’espace et la complexité que la modernité a introduite dans notre relation à celui-ci… » (architecture, paysage, frontière, endroit de transit…).

Ses installations qui mêlent sculpture, photographie, vidéo, lumière des néons ou son, s’élaborent à partir d’architectures archétypales extraites de leur contexte et mises en situation dans des lieux d’art ou des espaces publics pour en repenser notre perception.

« Si je travaille l’architecture, c’est avant tout pour parler du corps, de l’espace contraint. Ce qui m’intéresse, c’est de provoquer le déplacement d’un corps, de déambuler dans un espace mental ; l’élément déclencheur, c’est l’humain, c’est le fondement de mon travail ».

KRISTINA DEPAULIS

Vit et travaille en Nouvelle-Aquitaine

http://www.kristina-depaulis.fr/

Anasoir, Installation de 10 pièces à des hauteurs différentes sur un même mur, porcelaines biscuitées, partiellement émaillées et bronze, 24 x 17 x 5 cm, 2019 / 2020

Support de nez en porcelaine et bronze ou comment après avoir marché dessus, mettre le nez dedans.

L’anasoir reprend les techniques artisanales de la porcelaine sertie de bronze et devient un objet d’ornement, un bijou mural qui nous porte au lieu d’être porté. Il joue avec l’idée de reposer son nez et de mettre le corps dans une posture décalée, le nez dans la matière, le nez au mur. Comme une projection perceptive d’une photo de Michel François intitulée « Le monde et les bras ».

La pièce multipliée permet d’occuper un mur, un lieu, en disposant les formes à différentes hauteurs et introduit le collectif. L’espace est alors investi dans un rapport inhabituel qui replace la question de l’expérience au cœur du propos.

Dans ce multiple chaque pièce en bronze est unique, et cette singularité se renforce avec l’usage. Une mémoire de corps s’inscrit alors dans l’objet altérant le « même ».

Kristina Depaulis travaille  sur la mémoire sensorielle liée aux lieux et sur le rapport que nous entretenons à la mémoire et à la trace.
Il y a donc deux notions fondamentales dans sa démarche – l’espace et la mémoire – tandis que le corps, par lequel passe l’expérience du monde perçu, se fait acteur.
Concevant des objets destinés à être actionnés par les visiteurs et parfois même revêtus, l’artiste génère ainsi une autre lecture du lieu dans lequel se trouvent ses œuvres et propose trois expériences possibles : la perception de l’œuvre en attente, celle extérieure lorsque l’œuvre est manipulée par d’autres et enfin la pratique de l’œuvre.

ELOÏSE LE GALLO

Vit et travaille en région parisienne

www.eloiselegallo.com

[bao luo], (Avec 3 variantes : [bao luo] à sec / [bao luo] baigné.e / [bao luo] oreille océan), Porcelaine de Limoges – biscuit et émaillé, 2019

Reprenant le geste du coquillage que l’on penche à l’oreille pour écouter la mer, [bao luo] condense en un même objet la coquille et l’évocation de la cochlée, dans un jeu sur l’origine du mot porcelaine. De la mer de Chine où on troquait jadis cet « escargot trésor », jusqu’à Limoges, en passant par la vulve de truie cuisinée dans la Rome antique, l’histoire du nom de cette matière est une suite de quiproquos et de rapprochements imagés entre une chose et son nom.

Eloïse Le Gallo a développé une approche transdisciplinaire : techniques traditionnelles de sculpture, voire d’artisanat, se mêlent au dessin, à des créations vidéos et sonores. Elle produit ainsi des objets, des formes et des images à partir de médiums divers : sérigraphie, gaufrage, céramique, maçonnerie, taille, etc… qui émergent d’un travail d’investigation et de récolte dans un territoire donné. L’artiste se fait attentive aux êtres, aux choses et aux événements de la matière, desquels émergent des tensions, des rapports d’équilibre et des imaginaires. Il est toujours question d’une poétique des rencontres.

Caresser l’étendue du sensible
Y enfoncer son doigt de temps en temps.

LIDIA LELONG

Vit et travaille à Saint Léonard de Noblat

And&e, 3 séries de maillons en porcelaine biscuitée et partiellement émaillée, 12 x 7 x 3 cm par pièce numérotée et signée, 2019

And&e est un projet de maillon en porcelaine biscuitée qui gardent une intervention de la main par l’apport d’un émaillage brillant bleu, jaune et rouge (selon la série) que l’artiste vient appliquer au doigt sur la pièce, formant des empreintes digitales là où elle a attrapé l’objet.

La fragilité qui émane de la porcelaine suggère celle des liens créés actuellement entre les Hommes. La forme déjà existante, bien qu’épurée de tout ornement, garde en mémoire l’idée d’attache, d’une forme simple donnant une utilité à un ensemble.

La multiplicité de ce maillon permet à l’artiste d’enclencher un projet d’échange à portée internationale. En effet, les maillons sont envoyés dans différents pays (Chine, Italie, France, Angleterre, États-Unis, Serbie, Pologne, Belgique, Congo…). Cette sculpture est un objet d’unification entre différentes personnes tout autour du globe. Les maillons ne servent plus d’éléments pour créer les liens d’une chaîne mais bien un support à un lien humain, fragile et apatride au monde.

Lidia Lelong a pratiqué plusieurs techniques, dont la céramique, avant de se consacrer à la sculpture et aux installations, en recourant essentiellement au bois. Lors de ses voyages, elle collecte un catalogue de formes, issues de l’architecture, de l’espace urbain et maritime, qui ressurgissent par la suite dans d’autres matériaux.

Dans ce processus de réappropriation, les éléments, modifiés, simplifiés, transplantés, regroupés, perdent leur valeur d’usage pour s’adapter à leur nouvel environnement. Ce dépaysement altère leur rapport sensible avec le spectateur qui se trouve autorisé à circuler d’une autre façon autour d’elles, à pénétrer, du regard ou physiquement, des volumes initialement opaques et résistants.

FLORENT LAMOUROUX

Vit et travaille à Huismes (Indre-et-Loire)

http://florentlamouroux.com/

Comme un gant, porcelaine émaillée, bleu, vert et or, 14 x 12 x 10 cm, 2019

Florent Lamouroux s’est intéressé aux moules industriels qui servaient à la confection des gants de vaisselle en caoutchouc qui étaient à l’époque fabriqués par des entreprises limougeaudes. Il évoque la préciosité de la vaisselle en porcelaine de Limoges par le truchement décalé et ironique de l’objet qui sert à la nettoyer.

Pour mettre en forme ce renversement, l’artiste s’est intéressé au geste lié à l’usage du gant qui consiste à le retourner pour l’ôter plus facilement. Une forme organique, sculpturale et inattendue surgit alors. L’aspect blanchâtre, la présence indicielle d’une trame et d’un petit liseré de couleur révèlent subtilement l’apparence extérieure de l’objet.

L’envers du gant ainsi exposé, donne à voir la transformation d’un outil banal – dédié à protéger la chair de la crasse – en une incarnation de la délicatesse et du raffinement.

La porcelaine, qui imite ainsi le caoutchouc, contribue à renverser la valeur de l’objet initial et donne tout son sens au propos. Comme un gant est une invitation à regarder au-delà de la surface des choses, à retourner le monde comme on retourne un gant, pour le percevoir autrement.

Le travail de Florent Lamouroux se caractérise par une pratique active et réactive qui, répondant aux images absurdes du monde par des parodies plus grotesques encore, aborde notamment les thèmes de l’altérité, de l’identité et de l’uniformisation de nos comportements. Rejouant avec ironie les stéréotypes de nos sociétés l’artiste s’attache ainsi à contredire l’ordre établi, privilégiant toujours l’économie de moyen et utilisant la moquerie comme arme et le simulacre comme moyen d’expression. Outre ces sculptures et objets détournés, le travail de Florent Lamouroux aborde également les champs et les médiums de la performance, de la photographie et de la vidéo.

BRUNO PEINADO

Vit et travaille à Douarnenez (Bretagne)

 http://ddab.org/fr/oeuvres/Peinado

Fontaine, monochrome sanitaire – AGAPE – DECOTEC – CIELO – BURGBAD – DELABIE – DELPHA – DEVON – DURAVIT – GESSI – GRK – HEWI – IDEAL STANDARD – INDA – NICOll – OLYMPIA – PORCHER – ROCA – SFA – WATERMATIC – WIRQUIN, 20 porcelaines biscuitées, émail et gravure laser, 23,5 x 30,7 x 2 cm, 2019

Bruno Peinado présente ici une série de moulages de toiles en porcelaine de Limoges intégralement reproduites, du châssis à l’ensemble des détails propres à l’objet.

Il  transpose  avec une ironie ludique les Monochromes lessives de Présence Panchounette par l’application sur chaque pièce de logos sérigraphies de marques de toilettes.

Ces signatures, souvenirs de celles imprimées en bleu sur les toilettes en céramique ancienne,  agissent ici comme une fausse piste, un clin d’œil au ready made de Marcel Duchamp. La question du monochrome blanc, de son illusoire pureté est ici malmenée.

Chaque peinture a sa propre signature et crée un glissement  du multiple à la pièce unique dans un jeu d’aller et retour qui agit comme un piège.

Bruno Peinado est un artiste contemporain dont le travail articule installations, sculptures et agencements spatiaux. Sensible aux multiplicités du monde, Bruno Peinado manie des modes de montage par hybridation et frottement de référents et de mediums, provoquant ainsi des jonctions poétiques et politiques ouvertes aux interprétations. Avec ses œuvres englobantes, colorées, vives, rebondies et ludiques, Bruno Peinado cultive une forme d’humour piquant.

JEAN-MARC BERGUEL

Vit en travaille en Limousin

]Π[, la cuve, Porcelaine de Limoges – biscuit et émaillé, eau et papier, la cuve Ø : 8 cm et h:10 cm cylndre inter, le coeur Ø : 4 cm couleur gris clair en coloration de masse, le socle : 39,5 x 25 cm, 2019 / 2021

]Π[ la cuve est le nom de code du projet qui regroupe un ensemble de 20 dispositifs uniques avec effets différents.

Atoll de Bikini 54, Santa Susana 59, Lucens 69, Saint-Laurent des-Eaux 69, Monticello 71, Three Mile Island 79, Saint-Laurentdes-Eaux 80, La Hague 81,Tchernobyl 86, Vandellos 89, Sosnovy Bor 92, Tomsk-7 93, Blayais 99, Indian Point 00, Forsmark 06, Kashiwazaki-Kariwa 07, Tricastin 08, Krško 08, Fukushima 11Fort Calhoun 11

Source de chaleur et de vitalité. D’un maniement facile, sa parfaite étanchéité évite tout accident. Nombreux effets bénéfiques. Si vous êtes brun(e), blond(e), roux(sse), châtain(e) il y a un modèle pour vous.

Jean-Marc Berguel aborde l’architecture de manière artistique et son habile mélange des genres permet aux visiteurs une nouvelle perspective. En effet, par les volumes qu’il crée et assemble, l’artiste nous fait passer de l’utilitaire à la représentation : ainsi le meuble devient architecture et urbanisme. Jean-Marc Berguel joue de l’ambigüité du terme «maquette» (comme il le fait par ailleurs, de manière différente, dans son travail, ici dans un rapport forme/ contenu, là dans un rapport forme/échelle).

VINCENT CARLIER

Vit et travaille à Bordeaux et Limoges

http://vincentcarlier.fr/

Beavers, porcelaine biscuit, 2020

Le projet démarre en Suède en 2019, par la collecte de la section d’un arbre fraîchement abattu par des castors au bord du lac Hjälmaren. En une nuit, le bouleau de 35 cm de diamètre est impeccablement rongé jusqu’à sa chute. Le travail est très beau tout autant que les copeaux. On croirait un ouvrage de bûcheron effectué à la gouge. Les castors sont d’assez bons sculpteurs.

Cette forme trouvée ainsi rapportée en France va se voir transfigurée par un changement d’état. À Limoges, le moulage entre en jeu et transforme le bois en porcelaine et l’unique en multiple.

Dans ses œuvres, Vincent Carlier s’attache au commun transformé en extraordinaire, aux éléments ponctuant notre quotidien qui échappent à notre regard, engendrant ainsi confrontations insolites et images déconcertantes. En amont de chaque production, documentation et observation constituent le cœur de son processus créatif.

AURÉLIE GATET

Vit en travaille en Limousin

L’esprit de notre temps #2, Une série de 10 pièces en biscuit numérotées de 1 à 8 +2EA, + une série de dix pièces biscuit et extrémité émaillée numérotées de 1 à 8 +2EA, 9 x 17 x 14 cm, 2020

Présentées dans un carton sur le support de cuisson en porcelaine et avec un masque taille bébé. C’est un hommage à la fois à la pièce de Raoul Hausmann de 1919 « Der Geist unserer Zeit (L’esprit de notre temps) Tête mécanique », et à François Rabelais et « Les paroles gelées » (in le Quart Livre Chapitre 55 et 56).

Il s’agit d’un mégaphone, un amplificateur, d’où sortent des « paroles gelées », des mots qui semblent vouloir s’échapper mais qui restent figés dans la matière.

Le choix de la porcelaine parce qu‘elle a la caractéristique de réduire, pour sa blancheur « neutre ou immaculée », pour son apparente fragilité, parce qu’elle est issue d’une cristallisation.

A l’heure où les médias, dans toute leur profusion, sont censés être garants de la liberté d’expression, comment porter une parole intelligible, comment donner sa place au son. Comment faire du bruit sans que le récepteur ne caractérise la parole donnée de langage barbare ?

Scientifique de formation, le parcours d’Aurélie Gatet l’amène à traverser les arts plastiques et les arts vivants, où elle poursuit une recherche artistique. Fascinée par les similitudes et les différences qu’il existe entre deux êtres, elle teste des comportements, expérimente le mouvement, et tente d’incarner la modification, cherchant à donner l’image d’un être en construction. Elle chemine dans le réel avec humour et dérision, en quête du degré zéro de la fiction.

DOMINIQUE THÉBAULT

Vit et travaille à Limoges

Œuvre intelligente, moulages en porcelaine émaillée et miroirs, Multiples numérotés de 1 à 20, h 21cm – 13 x13 cm, 2020

L’œuvre intelligente est un jeu de reflet et de duplication de la représentation de l’hémisphère droit du cerveau.

« L’hémisphère droit serait le lieu où le cerveau perçoit la notion d’espace, la pensée sans langage, le rêve, l’imagination, les couleurs, l’intuition, la synthèse. »

Petit monument à la gloire du cerveau droit, figé par la porcelaine, répété plusieurs fois, dupliqué par le jeu des miroirs, l’hémisphère droit se présente et se représente…. sans modestie.

Les rapports nature-culture sont des enjeux dans le travail de Dominique Thébault. Sa démarche artistique procède de transferts, de duplications, d’inversions de forme, et de renvois d’images, qui tel un exercice de mise en œuvre formel se décline en objet-sculpture, estampe, installation, image numérique.

Par l’interrogation de notre point de vue conventionnel, sa démarche désigne également notre pensée comme relative. Les actes et process traditionnels se combinent à des objets, des images, pour suggérer une réflexion en creux, un effet miroir où la frontière entre l’homme et l’animal s’estompe et où l’opposition devient plus dérisoire.

STÉPHANE THIDET

Vit et travaille à Paris

http://www.stephanethidet.com/

Fantômes, Porcelaine biscuit, 2020

Fantômes est un moulage en porcelaine d’un empilement de livres.

C’est une sculpture modulaire, qui peut se développer dans sa hauteur, selon le nombre d’éléments que l’on superpose. Le moulage permet cette répétition : former un volume par la succession d’un même motif.

Il y a quelque chose de fantomatique dans l’empreinte d’une forme. Il y a quelque chose de fantomatique dans un livre fermé. Une histoire en dormance.

Stéphane Thidet crée des univers où s’opèrent des décalages, des pas de côté. Ses œuvres mettent en scène sa vision de la réalité imprégnée de fiction et de poésie. Elles dévoilent une certaine perte d’innocence, une inquiétude, qui, par l’état de tension permanent qu’elles supposent, provoquent une agitation, un tumulte intérieur fécond. Les choses et les situations se soustraient à un usage habituel du monde au profit d’une réalité hybride, qui installe un jeu de lectures croisées. Son travail multiforme inclut la sculpture et l’installation.

L’association LAC&S/lavitrine

Créée en 1983 à l’occasion de l’organisation d’un symposium de sculptures sur l’Île de Vassivière, l’association LAC&S (Limousin Art Contemporain et Sculptures) est un collectif d’artistes œuvrant depuis 2003 au sein de la galerie Lavitrine à Limoges. LAC&S s’engage dans le champ de l’art à une mise en relation au monde et à l’émergence d’un autre « regard» par sa programmation annuelle qui s’articule autour de six expositions par an. L’espace de 200 m2 permet d’ouvrir le champ des possibles en terme de présentation d’œuvres. Outre les expositions au sein de la galerie, elle offre, notamment au travers de sa vitrine ouverte sur la rue, un lien direct avec le passant, le promeneur…

MISSIONS

L’ensemble des activités de l’association Art Contemporain & Sculptures s’articule sur des enjeux de soutien à la présentation, à la production, à la médiation d’œuvres d’artistes engagés dans une démarche de recherche et de création ancrée dans un temps présent. Consciente de sa situation de lieu d’art contemporain installé en province, elle prend en compte la relation entre l’ici et l’ailleurs, du local au global. Les réseaux d’idées, les géographies, les affinités esthétiques constituent autant d’enjeux de croisements pour une émulation et un soutien à la jeune création. Entre œuvres, artistes et publics, se tissent les activités privilégiées de l’association.

LAC&S mène une politique de soutien à la création contemporaine en renouvelant chaque année son dispositif d’accueil d’artistes et de commissaires indépendants, ainsi que de diffusion de l’art contemporain grâce à ses expositions personnelles ou collectives et ses publications.

Soucieuse de favoriser l’accès du plus grand nombre à l’art contemporain, une médiatrice se tient à la disposition des visiteurs pour dialoguer autour des œuvres. Ces visites (gratuites, sans réservation et accessibles à tous) visent à faciliter l’approche des œuvres par une phase d’observation et de questionnements. Par ailleurs, des rencontres (conférences, présentations, visites) organisées entre les publics et les artistes, favorisent les débats et les échanges.

LAC&S est membre du réseau Astre, Réseau arts plastiques et visuels en Nouvelle-Aquitaine et de la FRAAP.

LAC&S – Lavitrine reçoit les soutiens de la Région Nouvelle-Aquitaine et du Ministère de la culture et de la communication – DRAC Nouvelle-Aquitaine.

/////////////////////////////////////////////////////////////

A Lavitrine / Association Limousin Art Contemporain & Sculptures / 4, rue Raspail 87000 Limoges

LAC&S Lavitrine : ouvert du mercredi au samedi, de 14h30 à 18h30

Contacts : 05 55 77 36 26 / lavitrine.limoges@gmail.com / lavitrine-lacs.org

Retrouvez-nous sur notre page Facebook & Instagram

Evénement réalisé avec les soutiens du Ministère de la Culture-DRAC Nouvelle-Aquitaine, et du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine.
LAC&S-Lavitrine est membre de la FRAAP et de Astre, Réseau arts plastiques et visuels Nouvelle-Aquitaine.