Actualités

PATOYA

patoya

Dans le cadre de La croisée des chemins, dispositif de soutien à l’art contemporain à l’échelle du Pays Ouest Creuse, les artistes Yu-Ting Su (Taïwan) et Fabrice Cotinat (France) ont été invités à réaliser une œuvre collective avec les habitants et structures locales de La Souterraine, lors d’une résidence artistique de 8 mois, de février à septembre 2017.

Leur réponse est un film, tourné et réalisé in situ. En écho à la célébration du millénaire de la ville, son titre est 3017. Le film a été l’occasion de rencontres et d’échanges avec les habitants, petits et grands.

Expérience d’un film sans acteur professionnel où tous les protagonistes sont des habitants qui ont abandonné, le temps des prises de vue, leur quotidien, leur travail afin d’endosser un rôle et de partager une aventure.

L’exposition « Patoya » présentée à Lavitrine retrace l’épopée de cette aventure, avec la projection du film 3017 d’une durée de 31 minutes.

L’équipe artistique et technique est composée de: Axelle Terrier, Morgane Kabiry, Rémy Lesterle, Hisashi Shimizu, Antoine Lainé, Axel Girard, Rainier Lericolais, Nicolas Delliac, Ho-Cheng Chen, Julien Badier, Caroline Douet-Agogué et Jonathan Bass.

Exposition du 20 octobre au 2 décembre 2017, du mercredi au samedi de 14h30 à 18h30.
Vernissage : jeudi 19 octobre, 18h.
Horaires de projection du film : 15h, 16h30, 18h

Retrouvez la bande annonce du film ICI

____________________________________

[aéRé]

Kristina_ANTO4397

Le collectif LAC&S-Lavitrine présente une exposition hors les murs dans la galerie RDV à Nantes du 15 novembre au 23 décembre 2017, répondant à l’exposition « Faire la mort avec » du collectif RDV et accueillie à Lavitrine au printemps dernier.

Cette exposition collective réunit Dominique Thébault, Marie-Laure Moity, Kristina Depaulis, Aurélie Gatet et Jean Marc Berguel. « Aéré » explore nos rapports à la nature, au langage et au corps, mêlant réel et fiction au travers d’œuvres décalées.

Un hiatus, une interruption, un interstice, un temps suspendu dans le vide, un trou, une béance, une panse, un glissement, un jeu où la réalité se perd en fiction. 

Marie-Laure Moity pose la question d’un temps suspendu comme une absurdité, celle d’inter-funéraires disposés dans le rayon d’un commerce.

Dominique Thébault joue de pirouettes entre le plein, le vide, l’animal tronqué métamorphosé en sculpture poétique. 

Aurélie Gatet propose un travail photographique fait de paysages en « one shot » où des percées s’insinuent.

Jean-Marc Berguel place entre parenthèses le hiatus de la réalité, il ouvre une brèche dans le langage et s’en saisit pour nous guider dans une fiction subtile qui pioche dans une multitude de registres avec rigueur et légèreté.

Kristina Depaulis passe d’une peau à l’autre, interroge les déplacements plastiques de l’architecture au corps. Le mur est alors ramené en tapis et l’habit épinglé au mur. Elle propose un jeu d’enveloppes, de glissements, d’inversions qui noue un peu plus loin les relations complexes que nous tissons avec l’espace.

Les artistes interrogent des moments retenus comme ceux qui précèdent ou suivent les événements et les espaces de vide, comme ceux qui sont prêts à accueillir ou ont déjà accueillis. Autant de pistes explorées qui se rejoignent dans un entrebâillement et laissent voir la richesse de l’anfractuosité.

Galerie RDV
16 Allée du Commandant Charcot
44000 Nantes 

Horaires :
Du mercredi au samedi

de 14h à 19h et sur rendez-vous